• "L'Aquoibonisme" disponible en ebook

    "L'Aquoibonisme, ou la petite dépression larvaire comme hygiène de vie" (c'est le titre complet, ô combien vendeur !) est disponible sur amazon depuis peu.

    Pour fêter l’événement, je propose aux visiteurs de ce site qui auraient par ailleurs des activités de blogueurs littéraires d’envoyer à mes frais l'ouvrage en question, au format de leur choix (epub ou mobi) directement dans leur boite mail.

    En contrepartie, je demande juste une critique -qu'elle soit bonne ou mauvaise, peu importe - sur leur blog.

    Et pour être tout à fait équitable : s'il y a des amateurs sans blog mais qui  disposent néanmoins d'un compte amazon, je leur propose la même offre, contre cette fois-ci une "évaluation" sur la page du livre.

    (Contact dans la colonne de droite)

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Disponible sur amazon au format kindle,pour un prix défiant toute concurrence

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Je le vends mais surtout ne l’achetez pas !

    Voici une photo trouvée sur Facebook, précisément sur la page de Rémy Elkoubi (je le cite, car il s’agit d’un ami d’une amie, que par ailleurs j’aurai bien du mal à identifier si d’aventure je la croisais dans la rue, mais bon… vous connaissez le principe de FB…).

    L’image montre l’un de ces petits cartons que l’on voit fleurir de plus en plus sur les étals des librairies branchées et qui, en quelques lignes, exposent l’avis du maître des lieux ou de l’un de ses sbires. En général, vu l’étroitesse de la surface allouée, cela se limite à « Haletant de la première à la dernière ligne. Un fascinant chef-d’œuvre qu’il faut absolument avoir lu » (sous entendu : « si vous ne voulez pas passez pour le dernier des ignares dans le prochain dîner en ville »). Mais là, on a affaire à autre chose. Le libraire n’a pas aimé le recueil de nouvelle de Viviane Forrester, et il l’écrit, en grosses lettres bien rondes, et avec un certain sens de l’humour, il faut le reconnaître.

    Évidemment, cette pratique peut interpeller les esprits les plus cartésiens d’entre nous. Que dirait-on en effet d’un boucher qui annoncerait à ses clients : « Ne prenez pas de rumsteck, il est dur comme de la pierre, et pas plus tard que ce matin j’ai vu des asticots en sortir » ? Ou d’un vendeur de chez Darty qui déconseillerait solennellement une télé sous prétexte que ses couleurs bavent et que l’écran fond au bout de trois semaines ? De toute évidence, il s’agit d’un comportement suicidaire et anti commercial, que notre libraire bravache a ici adopté.

    Pour ma part, et au-delà du fait qu’il contribue à scier la branche sur laquelle il est assis, je trouve l’attitude de ce libraire parfaitement réjouissante, à l’heure où la promotion à outrance dicte sa loi sur tous les plateaux télé ("le Grand journal"... Aïe aïe aïe...) et dans bien des journaux (le nouvel obs, hou là là !). Le bonhomme n’a pas aimé « Dans la fureur glaciale », il l’écrit, il l’assume, et le plus beau, c’est que ça ne l’empêche pas de vendre le bouquin. Et quand on connaît la politique de diffusion de Gallimard, particulièrement autoritaire (en gros, les librairies n’ont pas vraiment le choix : elles doivent prendre au minimum quelques exemplaires de la production Gallimard qui vient de sortir, si elles veulent continuer à accéder à l’ensemble du catalogue), tout ça ne manque ni de piquant, ni de panache !

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Francis Lalanne est ce qu’on pourrait appeler un couteau suisse de la création artistique. Il sait absolument tout faire : chanter de sublimes ritournelles d’ une voix de roumain quémandant un euro dans le métro, peindre des petits soldats en plomb, écrire de renversants recueils de poèmes moyenâgeux pour ménagères ménopausées, et tout dernièrement se trémousser avec la grâce d’un poney arthritique dans l’émission décérébrée “Danse avec les stars” (oui, car Francis est une “star”, au même titre que Philipe Candélero, le bellâtre sur lames ou Sh’ym, la chanteuse que personne n’a entendu chanter).
    Non content d’être un artiste multi cartes,  Francis est également un homme engagé, comme le prouve sa chanson manifeste “Dépolluons la planète” qui a décidé Georges Bush à interdire l’usage de la voiture sur le territoire américain, ou encore “Des casques bleus pour le Darfour” qui - comme tout le monde s’en souvient - a immédiatement mis un terme au conflit dans ce pays meurtri. Fort de ces victoires, Francis n’en est pas resté là dans son inlassable combat pour un monde de rêve où tout le monde porterait un catogan et écouterait en boucle les disques - au hasard - de Francis Lalanne. Il a donc écrit, sans doute sous l’effet de la colère, un sidérant  manifeste où les Français, tous les Français, sont enjoints de s’unir et de passer à l’action : “Révoltons nous” (tout rapprochement avec “Indignez-vous” de papi Hessel serait bien entendu parfaitement déplacé). L’occasion pour notre vibrant poète, durant 169 pages, d’enquiller les lieux communs comme des TGV dans une gare de triage un jour de grève. Pas besoin d’aller chercher bien loin, ça commence dès les premières lignes :

     
    Nous sommes, nous Français, ces éternels rebelles, ces farouches
    combattants pour le droit humain ; nous sommes ces grognards que les
    images d’Epinal caricaturent sous la figure de ces irréductibles gaulois,
    gardant leur franc-parler en toutes circonstances ; et l’esprit de contradiction
    contre vents et marées ; qui disent merde aux Romains de toutes sortes
    comme Cambronne le fit aux Anglais à la Bataille de Waterloo.

    En bonus, l’ami Francis propose plein de remèdes à la crise sûrement super efficaces mais qui donnent mal à la tête, et nous délivre avec une générosité sans pareille son avis éclairé sur à peu près tous les sujets. Morceaux choisis :

    Chacun est sur cette terre pour prendre et pour donner : c’est-à-dire pour échanger.

    Le clivage droite-gauche est celui du peuple sur sa croix. Il cloue le bec et les membres à toute vision dissidente en la fixant, comme à des poutres, à l’idée que ce qui n’a jamais été ne peut pas être…

    L’important n’est pas de savoir aujourd’hui qui a raison mais qui a la bonne idée.

    Ce qui est important que nous nous disions à présent ; que nous nous répétions : c’est que nous ne sommes pas malades ! Nous ne sommes pas les méchants. La France n’est pas pauvre, mais juste mal gérée !

    C’est un festival de portes ouvertes à grands coups de cuissardes néo romantiques, une fête de l’esprit claudiquant, un feu d’artifice de la pensée enrhumée, bref : un véritable bonheur.  Et ce véritable bonheur Mesdames et Messieurs et là, à portée de main, ou devrais-je dire à portée de clic... Oui, vous m’avez bien compris, Mesdames et Messieurs : pour accéder enfin à la pensée politique de Francis, sinueuse certes, obscure parfois, mais toujours - ô combien - stimulante comme un coup d’aubergine trop cuite sur la tête, ce n’est pas 5 euros, ni même 4, ni 3, ni 2 et même pas un euro que vous aurez à débourser, puisque ce livre vous est OFFERT ! Non, vous ne rêvez pas, Mesdames, Messieurs : cadeau du patron, cadeau de la maison !
    Alors vous avez du mal à vous endormir le soir, mais vous n’avez plus les moyens d’acheter votre dose de Lexomil ? N’attendez plus une seconde, la solution est là, au bout de ce lien :
    http://www.ilv-bibliotheca.net/librairie/revoltons-nous.html

    Francis président

    Une couverture sobre, mais de bon goût

     

    A noter que pour les fans hardcore de Francis, il existe un "Pack dédicace" qui comprend (tenez-vous bien) le livre dédicacé A VOTRE NOM par la main de Francis en personne, mais aussi un marque page au cas où vous ne liriez pas ce passionnant ouvrage d'une traite et , cerise on the cake : une carte postale du livre, que vous pouvez donc envoyer à un ami de vos connaissances ("Tiens, Fredo qui m'envoit une carte postale... mais... AHHHH MON DIEU ! Mais qu'il est con ce Frédo !")

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique