• La mort annoncée de l'édition

    Attention, moment historique. Vous vous apprêtez à lire un article dont la dimension prophétique ne cessera de croître au fil des années. Bientôt, lorsque le peu de cheveux qui vous reste auront définitivement désertés votre crâne,  vous vous souviendrez que tout a commencé ici. Et de votre voix chevrotante vous déclarerez alors fièrement à vos petits enfants béats d'admiration : "J'y étais!"
    Jason Epstein... Ce nom ne dit sans doute rien à personne pour le moment, mais l'invention du brave homme qui se cache derrière cet anodin patronyme risque de provoquer bientôt une véritable révolution dans le monde de l'édition. Un peu comme Gutenberg , toute proportion gardée, bien sûr. Mais quelle serait donc la machine infernale capable d'un tel bouleversement ? Eh bien, j'ai un peu honte de l'avouer, mais il s'agit d'une imprimante.
    Mais attention ! Un modèle bien particulier, capable de vous pondre un pavé de 500 pages broché avec couverture quadri en quelques minutes seulement, le tout pour une somme dérisoire en regard des prix prohibitifs habituellement constatés chez les imprimeurs-escrocs qui sévissent sur Internet et ailleurs. Soudain, des perspectives inconnues s'ouvrent à vous, n'est-il pas ? Pour être tout à fait précis, il en existe deux, selon que vous êtes un honnête auteur en devenir à l'ego systématiquement bafoué par les maisons d'édition classique, ou bien un malfaisant prêt à bondir sur toutes les opportunités dès lors qu'elle vous procurent un peu de liquidité à moindre frais (cela dit, les deux ne sont pas incompatibles).
    Si vous appartenez à la première catégorie, l'intérêt d'une telle invention vous saute évidemment au yeux : devenir votre propre éditeur, sans passer par un comité de lecture (corrompu comme chacun le sait) ni aucun intermédiaire prompt à vous pomper un maximum de pognon en profitant de votre crédulité. Fini les stocks acheté à prix d'or qui encombrent les couloirs de votre appartement, maintenant le livre sera fabriqué à l'unité, et vendu directement du producteur au consommateur, comme les fruits et légumes sur le bord des routes ! Comme chez lulu.com , avec cependant un contrôle de la qualité plus rigoureux, pas de délais d'attente ni de ponction effectuée sur la marge des bénéfices.
    Maintenant, si vous faites partie de la catégorie des malhonnêtes sans scrupules, vous avez sans doute, vous aussi, votre petite idée... Combien coûte un best-seller -(vous savez, ces trucs que les gens s'arrachent pour la simple raison que les gens se les arrachent) acheté en librairie ? Une bonne vingtaine d'euros. Et si, grâce à la machine de notre ami Jason, vous étiez en mesure de le proposer à des acheteurs sans scrupules pour la moitié de son prix, dans une édition ressemblant étrangement à l'originale... Evidemment, vous rejetez violemment cette éventualité car si vous lisez cet article, c'est que vous êtes foncièrement honnête, loyal et droit. Mais tout le monde n'affiche pas, loin s'en faut, votre probité sans faille...
    Dès lors, le processus est engagé et le déroulé de l'histoire pas bien difficile à imaginer :
    Première phase : les petits requins qui ont accès à l'imprimante magique raflent la mise, mais leur victoire est de courte durée, car...
    Deuxième phase : l'imprimante de Jason se démocratise à grande vitesse en diminuant et sa taille et son prix d'achat (il est vrai que pour l'instant, elle coûte très cher et ne pèse pas moins de 700 kg...). Résultat : de plus en plus de monde peut se l'offrir.
    Phase finale : tous les livres, nouveautés ou pas, se retrouvent sur le net où chacun peut les télécharger illégalement, et les imprimer chez lui avec une qualité quasi professionnelle.
    Cela vous rappelle sans doute quelque chose ? C’est normal.
    Les éditeurs, jusqu'à présent épargnés, risquent en effet de se retrouver confrontés aux même problèmes de piratage que leurs confrères de l'industrie du disque. Et il est fort à parier qu'ils proposeront les mêmes solutions : lutte (inefficace) contre les pirates, téléchargement payants, etc.
    Pourquoi tout cela va inéluctablement arriver ?
    En vertu de ce que j'appellerai "le syndrome du moulin à café" : tout produit commercial est tôt ou tard rendu caduque par un produit qui annule tout simplement sa raison d'exister. Quel rapport avec cet ustensile rustique ? J'y viens. Jusque dans les années 60, les grandes marques d'électro-ménager fabriquaient des moulins à café, car le café était vendu en grain, et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais un jour, un visionnaire à la solde de Jacques Vabre ou tout autre fabriquant de café a décidé de le vendre DEJA moulu : l'arrêt de mort des moulins venait d'être signé.
    Le même phénomène s'est récemment produit pour le disque : le consommateur ne voit plus l'utilité d'acheter ces disgracieuses rondelles de plastique dans la mesure où la musique peut se trouver ailleurs, et gratuitement de surcroît (ce qui, notez bien, n'a jamais été le cas du café).
    Il est à parier que le livre n'échappera pas à la terrible malédiction du moulin, avec les conséquences dramatiques que l'on devine : les éditeurs ne servant plus à rien licencieront à tour de bras et finiront par disparaître comme les dinosaures en leur temps… Parallèlement, les droits d'auteurs se réduiront à l'état d'une peau de chagrin, et Marc Lévy sera contraint de vivre dans un deux pièces à Nanterre… Et alors que les musiciens sauvent actuellement les meubles grâce aux revenus que leur assurent les concerts, les écrivains n'auront pas d'autre recours pour subvenir que de se livrer à d'infamantes lectures publiques dans les MJC de banlieue. Imaginez le drame pour un Philippe Sollers, par exemple, qui n'a jamais pris le RER de sa vie.
    Alors, combien de temps avant que l'apocalypse technologique ne ravage nos verts pâturages littéraires ? Les paris sont ouverts.



    Jason Epstein : Marc Lévy ne lui dit pas merci


    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 16 Août 2007 à 18:27
    Pascal Blondiau
    Personnellment, je trouve qu'il y a quand même une sacrée différence entre "imprimer" et "éditer", non ? Donc, la mort de l'édition, euh...
    2
    Jeudi 16 Août 2007 à 19:21
    Ouh là! Je vais me coucher, moi! (Mais faut dire que j'ai un deuxième job!)
    3
    Jeudi 16 Août 2007 à 19:55
    robert dorazi
    Ca se fait deja beaucoup en Chine et c'est ce qu'on appelle de la contrefacon. A peine un livre a succes est-il publie que des petits malins le distribuent a ces centaines d'exemplaires a des prix imbattables. Mais si ce genre de machine venait a se propager c'est sur que de nombreux ecrits qu'on peut telecharger gratuitement sur le web se verraient illico transformes en livre papier. Ce qui n'est pas si mal apres tout. Voyons ce que l'avenir nous reserve!
    4
    Vendredi 17 Août 2007 à 11:54
    Dông Phong
    Cher Aloysius, Mais le problème est que les lecteurs/consommateurs veulent plus de sons et d'images et moins d'écrits, et toujours aux plus bas prix. Ainsi : Hélas ! Mon recueil n'est qu'une petite poussière Sur les rayons chargés de nos braves libraires. En ce monde livré à toutes les furies, Qui voudra encore de cette poésie? Bon courage à tous, bien amicalement. Dông Phong
    5
    Vendredi 17 Août 2007 à 20:21
    Virginie Clayssen
    J'ai traduit récemment sur teXtes un article (http://www.archicampus.net/wordpress/?p=103)intialement paru en anglais, d'Adrian Hon, qui lui aussi se saisit d'une avancée technologique (non pas l'imprimante d'Epstein, mais le lecteur d'eBook nouvelle mouture) pour se livrer à un jeu d'anticipation sur le piratage futur des livres. Lui aussi annonce pour l'édition quelque chose de similaire à ce qui se produit pour le disque. Il le détaille de façon remarquable. Les débats (en anglais) qui suivent l'article en VO sont tout à fait passionnants. Pourquoi se réjouir de la soi-disant "mort annoncée" des éditeurs ? Ce n'est pas parce qu'il en existe de mauvais, ou que certains ont des pratiques commerciales désastreuses, qu'il est nécessaire de faire des gorges chaudes à l'idée qu'une activité puisse se casser la figure. C'est faire peu de cas de tous ceux qui travaillent dans ce secteur, de tous ceux qui ont acquis des savoir-faire très variés, et l'emploient au quotidien, pour que vous puissiez avoir entre les mains quantités de livres, pour que vous puissiez lire des textes de qualité, sans fautes, correctement mis en page, dans des livres agréables à regarder, à toucher, à manipuler. Sortez des clichés : éditeurs affublés de gros cigares versus écrivains crevant la faim dans leur mansarde. Beaucoup d'éditeurs font un travail formidable, internet donne heureusement de la visibilité à de nombreuses petites maisons d'édition qui se battent pour publier d'excellents textes. Pensez que certains, y compris dans les grands groupes, ont la passion d'éditer, et pas seulement le projet de faire de l'argent. Même dans les "grands groupes", des gens travailllent, ils ne se contentent pas de récupérer le fichier texte qu'un journaliste payé au lance-pierre a tiré de ses entretiens avec un "people" pour le balancer à l'imprimeur. Et on y réfléchit, comme ailleurs, aux changements qu'internet et la numérisation vont entraîner dans les métiers de l'édition : de nombreux blogs d'éditeurs en témoignent (surtout anglo-saxons, c'edst vrai.) A noter : la profession la plus menacée par les avancées technologiques n'est pas celle d'éditeur, mais bien celle de libraire. Et la machine d'Epstein, que l'on peut imaginer accessible dans quantité de lieux publics non nécecessairement des librairies, les menace plus directement qu'elle ne menace les éditeurs. Après Amazon, Alpage, la Fnac en vrai et en ligne, ils n'avaient pas besoin de cela...
    6
    Lundi 20 Août 2007 à 14:55
    Vagant
    Je pense qu’une telle imprimante est moins menaçante pour les éditeurs traditionnels, qu’un imprimeur en ligne comme lulu.com. Après tout, l’autoédition propose non seulement des livres imprimés à un tarif abordable, sans la mise de fond nécessaire pour l’achat de l’imprimante d’Epstein, mais aussi un numéro ISBN, la vente en ligne sur Amazon, etc… À propos, connaissez-vous quelqu’un qui a tenté l’aventure de l’auto-édition, et le détail des écueils qu’il a rencontré ?
    7
    Mardi 21 Août 2007 à 01:07
    Aleks
    Bon... combien pour tuer l'inventeur, détruire les plans et les imprimantes déjà produites ? Non, parce que faut pas déconner, non plus, j'aime lire dans mon bain des mots sur du papier que j'ai payé et qui sent bon le livre et pas l'encre encore fraiche de mon imprimante, et puis, hein, que va devenir la Fnac, dans tout ça, que deviendra le plaisir d'aller se ruiner en bouquins ? Non, vraiment, c'est in-to-lé-rable. (Et puis oui, ça s'rait con pour les auteurs, aussi.)
    8
    Beaujean
    Jeudi 17 Novembre 2011 à 16:10
    Beaujean
    "le livre sera vendu directement du producteur au consommateur, comme les fruits et légumes sur le bord des routes " Et vous n'avez pas remarqué que ces fruits sont souvent bien meilleurs que ceux vendus dans les grandes surfaces après avoir subi l'agrément d'un acheteur officiel, qu'on pourrait appeler "l'éditeur des fruits et légumes"
    9
    stef
    Jeudi 17 Novembre 2011 à 16:10
    stef
    Et les imprimeurs? Ne risquent t'ils pas, à la longue, eux aussi d'en souffrir? Enfin, moi je dis ça, je dis rien.
    10
    Santiago Pinault
    Jeudi 17 Novembre 2011 à 16:10
    Santiago Pinault
    Tout comme Vigant, je pense que cette machine menace bien plus les libraires que les éditeurs. Ceci me va très bien : il y a longtemps que je trouve les services d'Amazon bien plus performants que les librairies dans lesquelles il m'arrive encore de rentrer... et j'attends l'avènement de textes numériques aux possibilités tellement riches (et pour un confort de lecture égal, espérons-le) que la vieille civilisation du papier nous semblera d'ici peu une ère archaïque dont nous ne serons pas nostalgiques. Les éditeurs sont, quant à eux, plutôt menacés par le filtrage collaboratif...
    11
    Marc
    Jeudi 17 Novembre 2011 à 16:10
    Je suis d'accord avec Virginie, la menace pèse sur les libraires. D'ici quelques années, on aura peut être des distributeurs à impression rapide pour les journaux, magazines et livres... 1. Indiquer le titre désiré (classé par éditeur ^^) 2. Insérer le motant exact (dans le future, la machine ne rendra toujours pas la monnaie) 3. Patienter 2 minutes, le temps que la machine imprime et relie le "produit" Après la mort des vidéo-club de quartier, celle des librairie... L'effet distributeur (à café ?).
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :