• Le nouveau Rimbaud vient de Secret Story

    Ne dites pas le contraire : beaucoup d’entre vous rêvent de devenir le prochain Rimbaud. D’abord parce que ce type avait la classe et puis aussi, il faut bien le dire, écrire des poèmes ça prend quand même moins la tête que de pondre un roman.

    Seul souci : personne n’édite de poésie. Le prochain Arthur est-il donc condamné à se morfondre au fond de son trou, ignoré de tous ?
    Que nenni ! Car il existe une solution récemment testée avec un indéniable succès par Jonathan C. Hirschberg. Rappel des faits : Jonathan est un brillant jeune homme ayant participé à l’émission “Secret story”, troisième édition, sous le sobriquet/diminutif de Jon (rappelons que son secret était : « J’ai un QI supérieur à la moyenne », mais il n’était pas précisé s’il s’agissait d’une moyenne générale ou de celle des candidats).

     L’exposition médiatique qui en a découlé a permis à notre ami de bénéficier d’une reconnaissance non négligeable auprès d’un public friand de belles-lettres et de vers raffinés. Aussi, une fois retourné à la vie civile, après avoir échoué en finale (un poète ne peut être un winner), Jon a immédiatement contacté “son” éditeur (édition La Bruyère, exclusivement du compte d’auteur), et fort de son prestige nouvellement acquis, lui a suggéré de publier au plus vite son recueil de poèmes. Mais laissons la parole à Jon : "Cela faisait quatre ans que mon éditeur les avait dans ses tiroirs. On a trouvé que c'était le moment opportun pour les éditer”. Le moment opportun, c'est le moins qu’on puisse dire. Curieux tout de même de la part de La Bruyère, puisque pour un éditeur à compte d’auteur, c’est TOUJOURS le moment opportun pour publier, dès lors que le gogo écrivain finance l’opération.
    Mais passons : le livre sort enfin, et nous ne résistons pas à l’envie de reproduire ici “la présentation de l’éditeur”, agrémenté, cela va de soi, de quelques commentaires:

    Poèmes à coeur ouvert
    (c'est le titre, il est tout simplement magnifique, simple et poignant, j’avais une voisine en CE2 qui avait marqué la même chose sur la page de garde de son cahier Barbie.)
    Littérature, Ecriture, Poèmes, voici la vraie passion de l’auteur : le jeu des mots, le « Je » des maux (Waow ! J’espère que vous situez le niveau, là ?), les souvenirs d’un vécu (oui, parce que les souvenirs tout court, ça faisait un peu sec), les émotions du temps révolu (je sens les larmes monter), des vers dédiés à nous tous, inconnus (ce qui offre un lectorat potentiel plus que convenable, vous en conviendrez).
    Avec ce premier recueil de poèmes, l’auteur ne cherche qu’une « chose », émouvoir (première chose), intriguer (deuxième chose), partager son amour (troisième chose), comme si nous étions l’un de ses proches. (Et devenir l’un des proches de Jon, n’est-ce pas un peu le rêve de nous tous, inconnus ?)
    Avec un style habile, l’auteur nous atteint en plein cœur. (Pour écrire des poèmes, ça peut être effectivement utile de posséder un style habile. Baudelaire avait un style habile, Verlaine aussi, mais ils ne nous atteignaient certainement pas en plein coeur, comme Jon).
    En lisant ce recueil, le temps file (en faisant la vaisselle aussi, notez bien), les émotions s’installent et nous aident à réfléchir pour apprécier le Mieux et annihiler le Pire (Mon Dieu ! Des émotions qui, en s’installant, m’aideraient non seulement à apprécier le Mieux, mais en plus, tenez-vous bien, à annihiler le Pire (avec majuscule). Mais ce bouquin devrait être remboursé par la Sécu !)

    Si vous êtes normalement constitué, c’est-à-dire doté d’un coeur qui bat, d’une âme sensible et accessoirement d’une carte bleue dont la date d’expiration n’est pas encore atteinte, vous devez déjà être occupé, en ce moment même,  à commander l’ouvrage sur le site des éditions La Bruyère (qui, dixit sa présentation “tout au long de ces 31 années d’expérience ont pu acquérir et renforcer leur savoir-faire en matière d’exigence éditoriale”).

    Si vous êtes un sans-coeur, un cynique, et que vous pensez qu’il s’agit d’une vulgaire opération commerciale, lisez plutôt la déclaration de Jon, parue dans le journal Public du 30 avril 2010 :
    "Je sais que certains vont me critiquer, mais l'écriture c'est ma passion. Ces poèmes, je les ai écrits entre 15 et 18 ans. C'était une façon de décharger mes émotions à un moment".

    Alors, les sans-coeurs ? On doute encore de la sincérité de Jon ?

    Et il ajoute : “Mais sur la couverture, je n'ai pas signé Jon de Secret Story. Avec ou sans l'émission, j'aurais de toute façon publié ce recueil".

    Ah ! Vous voyez bien que ce n’est pas une minable opération commerciale ! (Même si c’était quand même “le moment opportun pour les publier”, voir plus haut).

    Toujours pas convaincu ?
    Vous me forcez à utiliser les grands moyens : la grosse Bertha, que di-je, la Bombe H.
    Apprêtez-vous donc à apprécier le Mieux et à annihiler le Pire : voici deux extraits qui, comme dirait le poète, vont vous mettre sur le cul.

    L’espérance
    Où l’on apprend, au milieu de rîmes riches comme s’il en pleuvait, que le mot « espérance » est le vrai pouvoir.

    C’est le mot évident qui nous permet de croire
    C’est grâce ainsi à lui que nous voulons y voir
    Sans en avoir conscience, c’est lui le vrai pouvoir
    Et durant ton absence, je survis dans l’espoir

    La folie raisonnable

    (« Tu écriras un court poème en t’appuyant sur la définition du dictionnaire d’un mot que tu auras choisi » Test de niveau – CM2)

     Quand on parle Folie, c’est en terme incompris,
    Puisque définition de cette interjection
    Est donnée par la France, et son Académie
    Comme une « iniquité »... « Passagère de l’esprit ».


    Alors ? Pas sûr que le pire soit annihilé, mais on a bien rigolé, non ?

     

    jon-tout-nu

    Durant "Secret Story" Jon était contraint de dissimuler sa sensibilité à fleur de peau sous une apparence frivole.


    Aujourd'hui, il peut enfin dévoiler sa véritable nature au grand jour :

    jon

    Serait-ce un gendarme et son fidèle gilet pare-balles occupé à verbaliser un couple de naturistes contrevenants sur une plage de Bretagne nord (les inconscients) ? Mais non, c’est Jon le poète qui cherche l’inspiration !



    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Août 2010 à 15:32
    Lillie lutin

    Je suis à genoux devant le roi du Cynisme ! Je me marre, me vautre dans la poilade !! Moi qui voulais un article sur Secret Story, alors là, c'est le sommet ! Je ne savais pas que le génie de ces dames est un écrivain tendre et doux, ô-mon-dieu ! Alors Star Academy nous pondait des imitateurs d'eunuque, Secret Story nous balance des pseudo-réincarnation de poètes à la dérive ...

    Cela dit, la couv' est presque crédible, si ce n'est le regard bovin du gars qui se voit comme l'apollon de la rime !

    Ah que j'aime votre cynisme ! Et une demi-heure de sauvée ! Une !

    2
    Lundi 2 Août 2010 à 15:57
    stephanie

    Il a un mérite ce recueil de poésie: vous m'avez bien fait rire entre deux bassines de confiture ! Je retourne à mes prunes c'est plus sérieux, mais drôlement moins comique...

    3
    Lundi 2 Août 2010 à 16:00
    louis

    Ouhhhhhhhhhhhhhh ! Les jaloux. Cela ne m'étonne pas de votre mauvais esprit !!!

    4
    Mardi 3 Août 2010 à 09:15
    Mrs D.

    Y'a pas à dire, c'est beau!

    Merci pour cette découverte!

    5
    Mopi
    Jeudi 17 Novembre 2011 à 16:08
    Mopi

    C'est marrant, je suis en train de lire "le pendule de Foucault". J'imagine bien son éditeur lui servir exactement le même discours que Garamond, le fantastique éditeur véreux du roman.

    6
    kodama
    Jeudi 17 Novembre 2011 à 16:08
    kodama

    Ben koi, sa rime, sé bo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ok je sors

    7
    LNdeuxtrois
    Jeudi 17 Novembre 2011 à 16:08
    LNdeuxtrois

    Aloysius, j'aime bien rigoler avec toi. Mais j'sais pas pourquoi aujourd'hui ça'm'ferait pleurer. Notre belle jeunesse n'a-t-elle plus que des Jon à qui s'identifier ? Ô tempora Ô mores !

    8
    Fanton d'Andon Marie
    Jeudi 17 Novembre 2011 à 16:08
    Fanton d'Andon Marie

    Les éditions La Bruyère sont, comme autrefois la Pensée Universelle, parmi les grands arnaqueurs d'auteurs, leur laissant croire moyennant une grosse somme d'argent qu'ils sont des génies incompris et les laissant se débrouiller après avec leur stock de bouquins. Et ces éditeurs escrocs pullulent, puisqu'il n'existe aucun contre-feu, et qu'ils savent flatter les "auteurs" dans le sens du poil, en surfant sur leur narcissisme. Il serait intéressant de connaître toute la liste de ces margoulins pour faire oeuvre utile.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :