• Courrier des lecteurs - le petit Jérémy

    Bonjour Alysious,
     
    Jé 9 ans et je voudré écrire mes mémoire mais seulemen jé un probléme parceke je sé pa tro quoi raconté parce que il mé pas arivé tro gran chose dans la vie pour l’instan. Alo commen je pouré fair parce que je veu que mon livre soi gros un peu comme un haripoter et intéressan à lire aussi. Mon but ça serai de ramassé assez d’argent pour macheté une mini moto, et aussi de passé chez coué parce que je le trouve rigolo, et aussi que les filles elle arréte de se moqué de moi parce que j’ai un appareil et dé lunettes avec une monture de la sécurité sossial, tu sai, toute épaisse et pas joli.
    Alor commen je peu fair  Alysious ?
     
    Ton ami Jérémy
     
    Cher Jérémy,
    La problématique que vous avez la gentillesse de m’exposer est intéressante à plus d’un égard. Vous me faites penser, toute proportion gardée, à cet homme atteint par la maladie d’Alzheimer qui avait décidé d’écrire ses mémoires, et qui ne se souvenait jamais de l’endroit où il avait rangé son petit cahier…
    Tout bien réfléchi, et même en gardant les proportions, ces deux cas n’ont strictement rien à voir.
    En réalité, vous ne me faites penser à rien, et je suis pour l’heure bien embarrassé pour vous répondre. Cependant, je peux toujours essayer de m’y astreindre, en considérant votre demande comme un défit insensé que m’auraient envoyé les Dieux (je suis polythéiste. La religion est comme le loto, plus on joue de numéros plus on a de chance de gagner).
    Autant vous tenir dès à présent un langage de vérité : votre projet, plein d’ambition et de noblesse (cette histoire de mini-moto m’a je l’avoue émue jusqu’au larmes) recèle cependant quelques embûches qu’il vous faudra surmonter. Certes, malgré votre jeune âge, on sent entre vos lignes souffler le zéphyr d’un style fort et éminemment personnel, qui fait parfois penser à votre prestigieux ainé Martien Defalvard. Mais, ami Jérémy, sachez que cela ne suffit pas toujours. En effet, que serait un meunier virtuose sans grains à moudre dans son moulin ? Le top des plombiers chauffagiste sans sa caisse à outils ? Le plus adorable des chatons sans ses grands yeux étonnés ? Des inutiles, des bons à rien, des impuissants, mon petit Jéré, ni plus ni moins. Et on ne peut pas dire, avec vos 9 petites années de présence ici bas, que vous vous facilitiez la tâche. Inutile de se voiler la face, vous ne disposez en l’état d’à peine plus de matière qu’un finaliste de Secret story atteint de sénilité précoce. La seule solution consisterait à étirer le récit de la moindre de vos journées au delà du raisonnable, en utilisant des phrases très longues bourrées d’adjectifs inutiles et d’adverbes parfaitement superflus. Au risque cependant d’indisposer le lecteur qui risque de trouver un peu longuette cette description sur 25 pages du garage playmobil que vous avez reçu à Noël 2008, ou encore ce chapitre interminable consacré à la fête de fin d’année de l’école Marcel Cachin en 2009. Mais c’est à ce prix que vous atteindrez le nombre de pages convoité. Allez, mon petit Jéré, au travail, il n’y a pas une seconde à perdre si vous voulez être prêt pour le Goncourt 2022 !
    Je vous embrasse et vous souhaite un excellent Noël.

    Courrier des lecteurs - le petit Jérémy

    Illustration du chapitre XXVI des "Mémoires de Jérémy"


    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Gren'
    Lundi 26 Décembre 2011 à 21:15

     C'est tout à fait par hasard (disons que j'ai tapé chez notre grand ami que nous connaissons tous "comment écrire un roman" pour retrouver votre blog) que je tombe sur cet article. Le commentaire que je vais faire n'a pas grand rapport avec lui, si ce n'est que Jérémy pourrait bien s'inspirer de deux paroles pleines de sagesse trouvées sur aufeminin.com :

    - "votre héros va se retrouver face à un problème. Un problème insurmontable, mais qu’il va devoir régler quand même."

    - "Il y a de bonnes chances que vous ayez envie d’écrire [un genre] que vous aimez lire."

     

    Bien à vous !

     

     

     

    2
    S.
    Mercredi 28 Décembre 2011 à 14:13

    Aloysius, je n'en attendais pas moins de ta sévérité féroce de gardien du temple. J'ai été estomaqué par l'impertinence de ce morveux, il fallait le moucher un brin.

    Rapportée à moi-même, je veux dire au plus courant de mes personnages, mes nègres de vie je les appelle mais ça les vexe pas, forcément, il y a longtemps j'avais rencontré quelqu'un qui se prenait pour moi, et lui aussi il m'avait écrit pour me défier, y'avait pas d'autre explication. j'en profite pour renre hommage à ma vieille amie Hniya Pataquès qui ne s'était pas laissée faire malgré les charmes du démon, que devient-elle aujourd'hui c'est dingue la vie.

    cruel destin que d'avoir à flinguer des gamins pas vrai, mais ça devient si vite goncourable cette engeance...

    n'hésite donc pas à poursuivre la publication de ton courrier noir, il faut que tout le monde sache !

    3
    pierrepierre71
    Dimanche 1er Janvier 2012 à 19:03

    CherJérémy,


    La valeur n'attend pas le nombre des années.


    En dépit de ta tendre jeunesse, tu semble équippé pour faire le travail


    Vas-y et fonce mon gar


     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :