• Conscient de l’importance de l’outil marketing dans la vente d’ebooks, j’ai tenu à recruter les meilleurs éléments sur la place de Paris, une team de choc qui m’assurerait un leadership sans partage sur le marché de l’entertainment via liseuse. Pour ce faire, j’ai compté exclusivement sur mes talents innés de dénicheur de talents.Je dois dire pour être tout à fait honnête que ma déception a été proportionnelle à la hauteur de mes ambitions. Car en lieu et place des cadors pressentis, j’ai tout simplement embauché trois tocards de compétition, incompétents, inutiles et imbus de leur personne. Comment ai-je pu me laisser abuser de la sorte ? La question ne cesse de hanter mes nuits.

    ________________________________________________

     

    Présentation du service marketing

    Jean-Michel Boulot a, selon ses dires, suivi la plus grande école de marketing de Californie, mais il a refusé obstinément de donner son nom “pour des raisons de pudeur”. Affirme être le neveu par alliance de Jacques Séguéla, rapport au remariage de sa mère avec le fils de la petite cousine de l'ex-femme du célèbre publicitaire. Bon sang ne saurait mentir.

    Hobby : Tiercé, loto, promenades dans les bois, harcèlement sur internet.

     

    Présentation du service marketing
     

     

     

     

     

     

     




    Didier Zerbatini
    , pour sa part, revendiquait un cursus exemplaire qui l’avait vu sortir major de sa promotion à la Stanford Graduate School of Business de Palo Alto. Pour preuve il m’a collé sous le nez le diplôme de l’école, plein d’enluminures très impressionnantes, bien que l’inscription “Offert par Kellog’s” en bas de page m’ait un peu fait tiquer sur le moment.

    Hobby : regarder la télé, jouer à Pac Man, imiter la chèvre.

     

    Présentation du service marketing

     

     

     

     

     

     

     


    Sylvie Dufleux, après un doctorat de déontologie à l’Université de Dammartin en Goële, est devenue responsable de la communication de Frigide Bardot et de la “manif pour tous”, avant de démissionner pour “divergences de point de vue”. A été ensuite responsable marketing/publicité du Shopi de Jouy en Josas, avant de devenir community manager de la page Facebook de Mickaël Vendetta.

    Hobby : mots fléchés, mannequina de charme.

     

     BONUS :

    Présentation du service marketing
    Après une bonne grille de mots fléchés, un repos bien mérité pour Sylvie et Max, son compagnon.

     ______________________________________________

    Recrutés quasiment en simultané à l’occasion de la sortie imminente de “Fallait pas l’inviter !”, la dernière production de la maison Chabossot , les trois compères se sont immédiatement mis à plancher sur un plan marketing “en béton” censé installer le bouquin au firmament du Top 100 pour les 10 prochaines années à venir.

    Après trois semaines d’intense cogitation durant lesquelles ils ne sont pas sortis de leur bureau, ils ont fini par débouler dans le mien.

    - On tient le bon bout, patron !

    C’est Jean-Michel qui avait pris la parole. Visiblement très excité, il lançait des regards fous à droite et à gauche, cherchant l’approbation de ses compagnons qui hochaient mécaniquement de la tête.

    Je vous écoute.

    - Bon ben voilà : pour que les gens achètent votre bouquin, là, il faut qu’ils aient entendu parler de vous, pas vrai ?

    - Finement raisonné.

    - Et pour qu’ils entendent parler de vous, il faut faire un truc qui sorte de l’ordinaire… Parce que sinon, ils vous connaîtront pas, c’est comme qui dirait comme si vous n’existiez pas.

    - Vous voulez dire qu’écrire des livres ne suffit pas ?

    - Ah non, ça compte pas, ça. Les livres, tout le monde s’en fout. Faut quelque chose de plus… de plus…

    - De plus… de plus… renchérissent à leur tour Didier et Sylvie.

    - OK, vous pensez à quoi ?

    - Alors voilà, justement on s’est dit que le mieux pour vous, ça serait par exemple que vous tuiez quelqu’un... Mais attention, quelqu’un de connu quand même, et de préférence pas trop aimé, genre Adolf Hitler, voyez ?

    - Adolf Hitler est mort.

    - Ah, ok, pas grave, laissez-moi 5 minutes et je vous en trouve un autre, c’est pas le choix qui manque. Et le jour J, nous on est là avec nos smartphones, on filme tout et on poste tout sur youtube en mettant plein de publicités pour… comment vous dites ?... “Fallait pas l’inviter !” avant et après la vidéo, et là bingo, le jackpot !

    - Mais je vais aller en prison.

    - Oui, c’est un point du plan qu’on a pas encore vraiment réglé...

    - Encore que c’est pas certain, tempère Sylvie.

    - Oui, faut voir, complète Didier, vous pouvez être acquitté.

    - Ou dire que c’est pas vous, voyez ?

    - C’est tout vu. Vous allez me faire le plaisir d’oublier vos bêtises, et vous remettre immédiatement au boulot. Et la prochaine fois que vous entrez ici, c’est pour me présenter un plan qui tienne la route. Sinon, ce sera la porte.

    - La porte, patron ?

    - Licenciement.

    - Ah OK. Je me demandais : mais de quelle porte il parle, et qu’est-ce que ça vient faire dans la conversation ?

    - Vous vous posez trop de questions. Au travail !

     

    Tout ça pour vous donner une idée du niveau de mon staff marketing. A l’heure où je vous parle, ils ne sont toujours pas ressortis de leur bureau.

     

    La suite un autre jour.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Une critique dans Libé, ça fait plaisir

    A Libé, ils sont comme ça : ils m'adorent. Pourtant, n'allez pas y voir trace d'un copinage quelconque : je ne les connais pas du tout.

    Toujours est-il que voilà : la première critique de "Fallait pas l'inviter" est sortie, et bien sûr, c'est Libé qui s'y colle. Incorrigible ! (mais quel bon goût !)

    Pour lire la chose :

    CRITIQUE LIBERATION

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • OUI, "ENFIN" ! J'adore cette tournure propre aux publicitaires de tout poil, et qui suggère la fin d'une insupportable attente chez le consommateur frustré depuis trop longtemps. Sauf que, on va pas se mentir, il y a autant d'excitation et d'impatience dans l'air que lors d'un discours de Jean Marc Ayrault au banquet des retraités de la ville de Nantes.

    "Enfin", malgré tout, car après quelques années d'errances au sein d'une maison d'édition numérique, "Fallait pas l'inviter !" retourne dans le giron de la maison Chabossot, entièrement corrigé et toiletté, et proposé à un prix des plus modiques. 

    Pour vous donner une idée de la chose, voici le résumé :

    "Agathe, jeune trentenaire au caractère bien trempé, célibataire (apparemment) assumée, en a plus qu’assez des allusions de ses parents sur son statut de supposée “vieille fille”. Lors d’une grande réunion familiale en vue de préparer le mariage de son frère Philippe, quand la sempiternelle question tombe une nouvelle fois : “Viendras-tu accompagnée ?” la réponse fuse comme une balle : oui, elle sera accompagnée ! De son fiancé, Bertrand, jeune publicitaire en vogue doté de toutes les qualités du monde !
    Seul problème : pour le moment, le beau Bertrand n’existe que dans son imagination. Il va donc falloir lui donner vie, et par tous les moyens ! Défi relevé aussitôt par une Agathe déterminée, qui n’a que quelques jours devant elle pour que la réalité colle à la fiction. Dès lors, elle va se retrouver emportée dans une folle histoire aux répercussions aussi insoupçonnables qu’imprévisibles. Pour le meilleur… et pour le pire !"

    C’est de la chick-lit, ok, mais avec une héroïne revêche et pugnace, une catcheuse de la vie sévèrement burnée (néanmoins tout à fait séduisante, cela va de soi) !

    Si cela vous tente, il suffit de cliquer sur la couverture ci-dessous pour passer à l'acte compulsif d'achat ! (Sinon, c’est pas grave, je vous aime quand même et, quoiqu'il arrive, dépose sur votre front altier un gros bisou baveux).

    FALLAIT PAS L'INVITER ! enfin disponible !

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • Cadeau de fidélité

    Ne reculant devant aucun sacrifice, la maison Chabossot a décidé  d’offrir à ses fidèles lecteurs (oui, c’est à toi que je parle, Jean-Patrick) le fac-similé d'un document extrêmement rare (et intéressant) reprenant l'intégralité des articles d'un blog aujourd'hui moribond : le Philotrope - Encyclopédie du savoir universel sur tout. Ces textes ont une valeur historique inestimable, puisqu'ils remontent pour certains d'entre eux à 2007, juste avant les élections présidentielles qui ont vu la victoire de qui vous avez. Avec la clairvoyance qu'on lui connait, le Philotrope s'était d'ailleurs puissamment positionné en faveur du futur élu, dans l'article resté fameux "Pourquoi Nicolas Sarkozy doit être notre nouveau président pour la France" et qui a, toute modestie mise à part, lourdement pesé dans la balance.

    Vous y trouverez par ailleurs nombres d'articles glosant sur divers sujets, regroupés sous trois thématiques principales :

    _ Politique

    -  Culture

    - Société - art de vivre.

    Le tout, bien évidemment, richement illustré.

    Voilà, pour profiter de cet inestimable présent, il suffit de cliquer ICI

    , et d'attendre que les 20 Mo de données soient enfin rapatriés sur votre ustensile informatique.

    PS : toutes les fautes d'orthographe présentes dans le document sont certifiées d'époque.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire